Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Renvoyant tous ses feux à l'aube retournée,
D'une haleine de fleurs saluait la journée.
La, tout entrelacé d'un fluide réseau,
Sur ce mol oreiller de chevelures d'eau
Qui somnole, captif de sa longue paresse,
Etendu comme au sein d'une glauque déesse
Que pressait ton sommeil à sa couche emprunté,
Tu menais sans témoins cette lente beauté
Où le trépas ajoute une rigide empreinte.
Délivré de ta chaîne importune et restreinte,
De quel regard aveugle et privé de frayeur
Mesurais-tu, dis-moi, l'espace intérieur
Ou tu hantais soudain d'éternelles ténèbres ?
Plutôt que de déchoir à des noces funèbres,
Par ton propre mystère à la hâte repris,
Et lassé du combat sans l'avoir entrepris,
Ne savais -tu donc pas qu'il est plus haut de vivre,
Et, de quelque amertume aussi que nous enivre
La cruelle faveur d'un sort astucieux,
N'attestant un seul jour les hommes ni les deux,
D'aller, et d'enfermer son avide souffrance
Dans le grave repli de ce calme silence
Où le sage en secret comprime son malheur ?


Tu te croyais certain d'une forte douleur,