Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


256 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

sois un homme, choisis. Je sais d'avance ce que tu choisiras. Nous le choisirons tous. Je t'embrasse

Charles-Louis Philippe

VIII lettres a Milie.

��jeudi) septembre, 1907

Chère petite Milie, je suis ici dans ma maison de Cérilly. Il y fait bien calme, je vis auprès de ma mère avec tout mon cœur et les jours sont graves et pleins de beaux sentiments.

Ma mère est toujours bien triste. Les outils de mon père ont disparu et sa boutique dans laquelle il a fait tant de sabots est transformée et nous fait bien sentir son absence. Le soir quand nous fermons la porte pour aller nous coucher, nous pensons qu'il reste dehors et que cette maison qu'il avait édifiée pour se mettre à l'abri lui est maintenant fermée toujours.

Je travaille depuis hier matin, je suis en pleine possession de mes idées et il me monte au cœur une belle flamme qui chaufFe mes phrases. J'espère avancer rapidement et faire de bonnes choses.

Ecris-moi bien vite et longuement. Moi je

�� �� �