Page:NRF 1909 1.djvu/106

Cette page n’a pas encore été corrigée


102 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Zambie pour éditer et préfacer ces œuvres. M. Tournier de Zambie nous donne sur M. Barnabooth tous les renseignements que nous pouvons désirer savoir — et beaucoup d'autres en sur- plus ; il nous apprend que M. Barnabooth " s'exprime avec une très grande facilité en français, en anglais, en italien, en allemand, en espagnol et en plusieurs langues d'un usage moins répandu ". Après une lecture de Whitman, lorsqu'il était encore au collège, " il écrivit un volume entier de vers anglais, qu'il brûla depuis sans l'avoir publié. " Si donc les poëmes qu'il nous présente sont écrits précisément en français, c'est moins par nécessité que par choix : " En somme, pourtant, d'une manière générale, on peut dire que M. Barnabooth se sent étrangement attiré par la France. "

M. Tournier de Zambie recueille les " propos de table " de Barnabooth ; citons : — "Je respecte presque toujours la vertu, car je ne la respecte que devant les imbéciles. "

Dessinant la "personnalité de M. Barnabooth", X. M. Tournier de Zambie écrit : " on ne sait jamais s'il veut rire ou s'il est sérieux ", phrase qu'on appliquerait tout aussi bien à X. M. Tournier de Zambie lui-même, naturellement ; car en plus d'un endroit de la préface, on ne sait trop où la fable s'arrête et l'on sent vaguement que le personnage de Barna- booth s'écaille pour laisser transparaître la personnalité vérita- ble de l'auteur.

Si amusante que soit souvent l'ironie de cette préface un peu longue, je lui préfère la stricte et voluptueuse sensibilité des poëmes ! Barnabooth et l'auteur se confondent ici fréquem- ment. Nous suivons cette dualité dans ses voyages. Barnabooth a couru tous les pays. J'aime sa précipitation, son cynisme, sa gourmandise. Ces poëmes, datés de partout, sont assoiffants comme une " carte des vins. " Aucun flottement rhétorique.

Assez de mots, assez d'images ! 6 Vie réelle, Sans art et sans métaphores, sois à moi !

A la manière de Whitman, il obtient le parfait lyrisme par la simple présentation et la juxtaposition des objets :

�� �