Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


SOUVENIRS SUR TOLSTOÏ 89 1

maux de la vie. Ce qu'on appelle « l'anarchisme » de Tols- toï exprime par essence et dans son principe même, notre anti-étatisme slave, qui est, à son tour, un trait vraiment national, et se confond avec le désir profondément enraciné en nous, depuis des siècles, qui nous porte à vivre en nomades, chacun de son côté. Jusqu'à présent, comme tout le monde le sait de reste, nous avons assouvi ce désir avec passion. Nous autres Russes, nous le savons aussi, mais nous nous échappons toujours le long de la ligne de moindre résistance ; nous nous rendons tous compte que c'est nui- sible, mais nous n'en glissons pas moins toujours plus loin les uns des autres, et ce sont ces lamentables vagabondages, à la façon des blattes, que l'on appelle « histoire de la Russie », c'est-à-dire d'un Etat qui a été fondé comme par hasard, mécaniquement, par les forces unies des \' arègues, des Tar- tares, des Baltes allemands, et de chétifs agents de police, à l'étonnement de la majorité de ses citoyens honnêtes. Je dis à leur étonnement, parce que jusque là, nous n'avions fait que nous « éparpiller », et ce n'est qu'une fois parvenus en des endroits, au delà desquels il ne pouvait y avoir pire — pour cette simple raison que nous n'avions où aller plus loin — que nous nous décidâmes enfin à nous arrêter et à nous fixer. C'est là le sort, la destinée à laquelle nous sommes condamnés : nous installer au milieu des marais et des neiges à côté des tribus sauvages d'Erza, de Tchoud, de \'ess et de Mourman. Cependant des hommes survinrent, qui com- prirent que la lumière devait nous venir, non de l'Est, mais de l'Ouest, et voilà que lui, en qui culmine toute notre his- toire ancienne, veut consciemment ou inconsciemment, s'étendre et s'interposer, telle une vaste montagne, en travers du chemin qui mène notre nation vers l'Europe, vers cette Vie active, qui réclame impérieusement de l'homme le suprême effort de ses forces spirituelles. Son attitude envers la science aussi, est certainement nationale ; en lui se trouve

�� �