Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


832 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

ils ; dès l'instant que vous me jugez ma!, je cesse de vous considérer.

Et pour exagérer mon dédain, je m'abstins quinze jours durant d'aller visiter mes oiseaux. Le résultat fut excellent pour le travail.

M. Richard était bon professeur ; plus que le besoin de s'instruire, il avait le goût d'enseigner ; il s'y prenait avec douceur et avec une sorte d'enjouement qui faisait que ses leçons n'étaient pas ennuyeuses. Comme il me restait tout à apprendre, nous avions dressé un emploi du temps compliqué, mais que brouillaient sans cesse mes maux de tête persistants. Il faut dire aussi que mon esprit prenait facilement la tangente ; M. Richard m'y suivait, tant par crainte de me fatiguer que par goût naturel, et la leçon dégénérait en causerie. C'est l'in- convénient ordinaire des professeurs particuliers.

M. Richard avait du goût pour les lettres, mais n'était pas assez lettré pour que ce goût fût excellent. Il ne se cachait pas de moi pour bâiller devant les classi- ques ; force était de se soumettre aux programmes, mais il se remettait d'une analyse de Cinna en me lisant îcRoi s'amuse. Les apostrophes de Triboulet aux courtisans m'arrachaient des larmes ; avec des sanglots dans la voix je déclamais :

Oh ! voye^ ! Cette main, main qui n'a rien d'illustre. Main d'un homme du peuple, et d'un serf et d'un rustre, Cette main qui paraît désarmée aux rieurs Et qui n'a pas d'épée, a des ongles. Messieurs !

Ces vers dont aujourd'hui la soufflure m'est intoléra-

�� �