Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



    … Promenades aux bons sentiments
    Les faillis se réhabilitent
    Par des confessions publiques.
    Au printemps
    tout est
    parfumerie — tulle — fleurs
    occasions exceptionnelles.
    C’est la fête des agents de change et des garçons
    de recette.
    L’ensemble du marché est bien impressionné
    par le soleil.

Observons toutefois que ces allusions ingénieuses et ces emprunts amusants au répertoire des annonces et de la chronique financière seront d’ici peu d’années tout à fait imperceptibles. Et surtout c’est un exercice trop facile pour occuper longtemps un esprit aussi juste, aussi fin que M. Paul Morand.

ROGER ALLARD


LES DERNIERS VERS DE PAUL DROUOT (Imprimerie François Bernouard).

Parmi les poètes morts à la guerre, il en est peu dont la perte doive être plus vivement ressentie que celle de Paul Drouot. Deux volumes de vers, La Grappe de raisin et Sous le vocable du chêne, témoignaient des dons les plus rares. Le premier se compose de courtes pièces, dont la forme n’est pas sans rappeler les Stances de Moréas, mais où l’on sent frémir une voix ardente et fiévreuse avec des inflexions d’aigre amertume :

Au départir du mois d’avril aimer la pluie,
    À l’hiver méconnu consacrer un grand feu
    Dans l’âtre glacial et recouvert de suie,
    Prêter l’oreille aux voix du concert

ténébreux