Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


-60 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Nous venions d'arriver. Pendant que maman et Marie s'occupaient à défaire les malles, j'échappai. Je courus au jardin ; je pénétrai dans cet étroit ravin ; par-dessus les parois schisteuses, de hauts arbres penchés formaient voûte ; un ruisselet fumant, qui s'échappait de l'établisse- ment thermal, chantait au bord de mon sentier ; son lit était tapissé d'une épaisse rouille floconneuse ; j'étais transi de surprise, et, pour exagérer mon ravissement, je me souviens que j'avançais les bras levés, à l'orien- tale, ainsi que j'avais vu faire à Sindbad dans le Val- lon des Pierreries, sur une image de mes chères Mille et une Nuits. La faille aboutissait à la rivière^ qui faisait coude à cet endroit et dont l'eau rapide, en venant buter contre la falaise schisteuse, l'avait profondément creu- sée ; le haut de la falaise était frangé par l'inculte pro- longement des jardins de l'hôtel : yeuses, cistes, arbou- siers et, courant d'un arbuste à l'autre, puis retombant en chevelure, dans le vide hésitant au-dessus des eaux, le smilax aimé des bacchantes. La limpidité de la rivière éteignait aussitôt l'ardeur ferrugineuse des sources ; des troupeaux de goujons jouaient parmi les débris ardoisés faits du délitement des roches ; celles-ci ne s'abaissaient qu'un peu plus loin, en aval, où plus lentement coulaient des eaux plus profondes ; en amont, rétrécissement de la rivière en précipitait le cours : il y avait des remous, des bondissements, des cascades, des vasques fraîches où l'imagination se baignait ; par endroits lorsqu'un avan- cement de la fiilaise barrait la route, de grandes dalles espacées permettaient de passer sur l'autre rive ; par endroits les fiilaises des deux rives à la fois se rappro- chaient : force était de gravir, quittant le bord des eaux,

�� �