Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES DE JULES LAFORGUE 52)

Dimanche lo. — Congé de 2 jours — Je dois aller à Cologne — Emprunt de 100 m. Un g'^ bateau à 2 che- minées — à 5 h. l'orage — puis sur le pont — les rives — les vilaines gens des réjouissances dominicales

— chanté — épatant (fer Vaîer Rbein — Arrivé à 10 h. 1/2 — couché — (café atroce) à l'hôtel de Cologne en face — Un ménage d'ouvriers mangeant par la fenêtre avec la placidité de tous les jours. — Ecrit à Marie et à Bourget —

Lundi II. — Levé à 8 h. — café — note — le Dôme

— un guide — Le Christ en bois 9= siècle style grec sans couronne, les jambes à la Morat '. Un monstrueux S' Christophe en pierre coloriée — Je préfère la S'*= Cha- pelle et N. Dame — Chez Farmoy ^ le modèle en bois 18 ans et 17 jours ! flacon d'eau et photo — Permanente Kunst Austellung, vergiftet de G. Max et martyre chrétienne, le tourmenté factice et chromo d'Andréas Aschenbach — Au Musée, un buste de César et de Scipion l'Africain — l'épatant petit Roybet — la Louise de Richter — Le Camphausen à képi français — erré — à 10 1/4 le Bismarck — jeune couple français. L'éternel fouettage des flots flasques — Table d'hôte. La petite comtesse Blumenthal devenue jolie — 8 h. de bateau

— les rives — sensation de pleine mer — Le maître d'école de Blondel loyal, débonnaire, Breton. « L'indé- licatesse est la cruauté moderne » Lettre de Klinger. Lecture.

Mercredi 73. — Silence de Bourget — Le silence et ses reflets.

1-2. Mots douteux.

�� �