Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


510 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

��FILS DE L'AUVERGNE QUI \'OYAGEZ...

��(Un dimanche après vêpres, le bon ménager songe à tous les gens du pays qui cheminent au loin de par le monde.)

F/75 de r Auvergne qui voyage::^ sous l'averse

Ou dans la bise et dans le hâle,

Par les grand'routes nationales

Pour les besoins de vos commerces, Les chaudronniers, les rétameurs, les porte-balle,

Les raccommodeurs de faïence, Que les accordéons jouant des airs de danse

Dans les faubourgs au bas des côtes, Vous fassent souvenir de notre terre haute : Les dimanches, ces soirs aux roulements d'oi-age Qu'on dansait la bourrée dans le bas du village. Les fêtes, les marchés, les pèches à mi-cuisse Dans le ruisseau de la truite et de l'écrevisse ; Et tout, le goût du vent, l'odeur des vieilles salles, Le lit à housse rouge et la table où l'on mange. Le gros soleil sur les rochers à digitales. Et ce bruit que faisait la porte de la grange...

Mais vous qui par hasard êtes de là derrière. Ha, souvene:^-vous seulement de Picquolagne,

De Vinchal, du pont de Thiolicre

Et de la petite montagne.

HENRI FOURRAT

�� �