Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 459

à propos des Saints de France, qu'un « patron », il y a sans doute dans son dire autre chose qu'un effet de vocabulaire. A travers la vie des âges, dans les manières de vivre, de sentir, de percevoir, il retrouve les raisons des significations diverses dont s'est peu à peu chargé le mot ; et des clartés courent tout le long de la pensée.

Mais revenons. M. Paul Claudel, dans cette Introduction, â été amené, parlant du drame, de la composition, des per- sonnages, à montrer comment les individus ne se trouvent isolés ni aux limites de leur durée personnelle, ni sur le plan oi^i ils poursuivent leur carrière. L'homme juste n'est-il pas celui qui se sent un élément dans une harmonie, har- monie que d'ailleurs il contribue à établir ?

Sans cette harmonie autour d'elle, sans ces appels de l'extérieur qui font " vibrer cette construction de résonnateurs en elle dont aucun regard direct ne pourrait lui donner l'intelligeuce, aucune personnalité humaine ne serait en mesure de connaître ses possi- bilités. Ce sont les circonstances extérieures qui lui permettent de se révéler, ou, comme le dit profondément le langage courant, de se produire, de produire, bien souvent à sa profonde surprise, un être presque entièrement nouveau qu'elle ignorait. C'est en cela que la fameuse maxime Socratique : Connais-toi toi-même ! me paraît impraticable...

De fliit un plongeur de restaurant a pu se révéler au cours de la guerre soldat, chef, intelligent et héroïque ; et il est à supposer qu'il n'eût rien gagné jadis à tent«r de se connaître par introspection directe.

Nous sentons tous que c'est là une attitude contraire à la nature et que l'œil est fait pour être tourné non pas vers le dedans, mais vers le dehors. La vraie maxime chrétienne opposée à la maxime Socratique, ce n'est pas : Connais- toi toi-même ! mais : Oublie-toi toi-même ! en d'autres termes : Tourne ton attention ailleurs que vers toi-même, que ce soit vers Dieu ou vers les choses et les gens à l'égard de qui tu as un devoir à remplir.

�� �