Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


HAI-KAIS

Les haï-kaïs sont des poèmes japonais de trois vers ; le premier vers a cinq pieds, le second sept, le troisième cinq.

est difficile d’écrire plus court ; l’on dira : moins oratoire. La poésie japonaise de treize siècles tient, à peu près, dans ces miettes.

Basil Hall Chamberlain les appelle épigrammes lyriques. « Lucarne ouverte un instant », dit-il, ou « soupir interrompu avant qu’on l’entende ». De toute manière, ce sont des poésies sans explication.

Paul Louis Couchoud a su les traduire[1].


Le haï-kaï est pittoresque, ou bien mystique. Voici le canard sauvage :

Il a l’air tout fier
D’avoir vu le fond de l’eau
Le petit canard.

  1. Dans : Sages et poètes d’Asie (Calmann-Lévy, édit.)