Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


2 60 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

revoir Queenie il avait pensé terminer son séjour à Londres par une amusante petite aventure, qu'il était décidé à pousser aussi loin qu'il le pourrait. Il l'avait revue, mais l'événement avait trompé son attente. Le malheur et la pauvreté de Queenie étaient entre eux comme une barrière infranchissable. Pourtant... puis- qu'elle n'avait plus rien à perdre, pourquoi la belle jeune fille d'à présent ne voulait-elle pas se souvenir des faveurs que la grande petite fille d'autrefois lui avait accordées ? Ah, c'était parce que l'argent était entre eux. Eh bien alors, puisqu'ils étaient d'uccord pour oublier les beaux jours de Chelsca, pourquoi ne le laissait-elle pas lui venir en aide aussi généreusement qu'il l'aurait voulu ? L'argent, encore 1 Tant pis, il l'aiderait en dépit d'elle-même à « remonter. » Il lui enverrait un chèque de quarante livres dès le lende- main. Pour lui, maintenant, qu'est-ce que c'était que quarante livres ? Jadis, à Chelsea, il vivait tout un mois avec cette somme ; mais à présent, qu'il avait un gros compte personnel ouvert chez ses banquiers de Cockspur Street, il pouvait bien faire ce cadeau à une amie dans le besoin, puisqu'il était décidé à ne rien demander en échange. Il remplit un chèque et le signa, (t Elle me le renverra, pensa-t-il. » Eh bien, non : il le lui enver- rait en lui écrivant qu'il partait pour le Continent et err lui faisant ses adieux. Avant qu'elle pût le lui renvoyer à son adresse de France, elle aurait eu le temps de réflé- chir, et de se dire qu'après tout elle pouvait bien accepter ce don d'un absent. Pourtant s'il f;iisait cela, il se pri- verait du plaisir de la revoir. Non, il tâcherait de lui faire accepter ce chèque lorsqu'il la verrait, samedi.

�� �