Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La mort va la saisir et sa tête est penchée. Que quelques mots de vous la raniment.

Antoine. — J'ai forfait à ma gloire ; un écart sans noblesse...

Eros. — Sire, la reine.

Antoine. — Où donc m'as-tu conduit, Egyptienne ! Pour cacher à tes yeux ma rougeur, je me détourne et contemple derrière moi mon déshonneur et la ruine.

Cléopatre. — O mon Seigneur ! Pardonnez à nos voiles craintives. Mais je ne pouvais pas penser que vous alliez me suivre.

Antoine. — Tu savais pourtant bien que mon cœur était attaché à ta proue et que tu m'entraînerais à la remorque. Tu connaissais ta suprématie sur mon âme et qu'un signe de toi pouvait me faire enfreindre l'ordre des dieux.

Cléopatre. — Oh ! pardon.

Antoine. — Maintenant, il faut que j'adresse d'humbles propositions à ce jeune homme ; que je louvoie, que je me traîne, que je m'incline ; moi, qui tenais comme un hochet dans mes mains la moitié du monde... Tu savais pourtant bien, combien tu m'avais asservi, et que mon glaive émoussé par l'amour n'obéissait plus qu'à l'amour.

Cléopatre. — Pardon, pardon.

Antoine. — Je t'en prie, pas une larme. Un seul pleur de tes yeux pèse autant que tout ce que j'ai perdu. Vite, un baiser. Ah ! voici qui compense, j'ai envoyé vers lui Euphronicus. N'est-il pas de retour ? Mon amour, j'ai le cœur lourd comme du plomb. Qu'on apporte du vin, et à souper. La fortune apprendra que