Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


SAINT LOUIS, ROI DE FRANCE 169

Il n'y a pas de mort pour moi, tant que c'est moi

qui ai charge de te donner la vie !

O mon frère si beau, ô frère de mon âme sans pitié, Je ne te donnerai point mon cœur, si tu ne m'en

arraches la moitié ! »

— O France, apprends ce que c'est que d'avoir de Dieu même reçu Louis pour ton époux et pour ton patron éternel !

O pays à petit bruit sous la neige ou la pluie qui va recommencer, tel que je me le rappelle.

Avec ce pâle rayon de jour une seconde qui se pro- mène sur les toitures,

Et la cloche qui sonne les vêpres sous le ciel noir à grands coups tristes et obscurs !

— Une nuit qui est quelque chose d'énorme se pré- pare et il y a un peu de feu à l'intérieur des maisons.

Ah, ce n'est pas gai chez nous et rien que d'y penser me donne le frisson ! —

Il n'y a pas un peuple, à qui, un étranger, le vient voir, on dirait qu'il est mieux en sécurité contre les rêves.

Bien au chaud dans le repli de sa petite vallée, bien empaillotté à la terre.

Un homme curieux de ce qui est tout près de lui, défiant, économe et malin.

Sévère à Madame son épouse et mangeur de choux comme Jeannot lapin !

Son domaine n'est pas à l'autre bout du monde ce champ de hautes plantes en or tout rempli de têtes de nègres !

�� �