Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Alexas. — Vous croyez donc que vos désirs ne sont connus que de vos draps ?

Charmion. — Suffit. Au tour d'Iras.

Alexas. — Oh ! nous voulons tous y passer.

Enobarbus. — Moi, je prédis ce soir la forte cuite, pour moi-même et pour plus d'un ici.

Iras. — A défaut d'autre chose vous pouvez lire dans ma main la chasteté.

Charmion. — Comme on lit la famine dans le Nil débordé.

Iras. — Fou compagnon de lit, tu n'entends rien à la chiromancie.

Devin (examine la main d'Iras). — Vos destins à vous deux sont pareils.

Iras. — En quoi ? comment ? On demande des détails...

Enobarbus. — Silence ! Antoine...

Charmion. — Non. C'est la reine.

(Entre Cléopâtre.)

Cléopatre. — Vous n'avez pas vu mon Seigneur ?

Enobarbus. — Non, Madame.

Cléopatre. — Je le croyais ici...

Charmion. — Non, Madame.

Cléopatre. — Il était tout prêt pour la joie : puis soudain l'a frappé une pensée romaine. Enobarbus !

Enobarbus. — Madame ?

Cléopatre. — Cherche-le. Ramène-le nous. Où est Alexas ?

Alexas. — Me voici, tout à votre service. Mon maître vient.