Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


132 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

OU des chiffres. Il est le premier et le seul à avoir extrait d'une statistique une parcelle d'émotion littéraire. Prenons garde qu'il utilise ses chiffres et ses termes techniques exactement de la même manière qu'un Henri de Régnier ses ifs, ses miroirs d'eau, ses mascarons et ses balustres.

Le jeu d'écrire interrompt la démonstration entreprise. Il y a juxtaposition et non pas fusion de l'élément impression- niste et de l'élément documentaire ou prosélytique. C'est tour à tour l'amour du métier d'écrire et l'amour delà justice qui prend le pas. Le résultat, c'est un produit littéraire étrange, violemment original, chaotique, mais littéraire.

Faudrait-il donc tant s'en désoler ? Quand, dans tous les domaines de la production, il n'y aura plus d'ouvriers, mais des usineurs, il restera du moins un métier, auquel l'usinage jamais ne pourra se substituer, celui de l'écrivain. Un jour viendra où il n'y aura plus au monde qu'un unique ouvrier : l'homme de lettres. Si c'est de ce titre que la profonde admi- ration de beaucoup d'entre nous préfère saluer Pierre Hamp, aura-t-il sujet de nous en tenir rigueur ?

BENJAMIN- CRÉMIEUX

  • *

LES VOIX QUI CRIENT DANS LE DÉSERT, sou- venirs d'Afrique, par Ernest Psichari. (Louis Conard, éditeur.)

Je m'explique aujourd'hui pourquoi !e Voyage du Ccnliirion d'Ernest Psichari, lorsque je le lus en 19 16, ne me procura pas toute l'émotion qu'en attendait mon cœur de néophyte. J'en exigeais peut-être trop : moins des raisons que des trans- ports. Cependant, par derrière, j'entrevis un homme ; mais souhaitai surtout de le mieux voir. Pour tromper ma décep- tion, j'en vins à me plaire précisément à ce qui comptait le moins dans l'ouvrage : de jolis coins de paysage, arrêtés, transparents et quelques effusions « barrésiennes » ; le reste,

�� �