Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


RÉFLEXIONS SUR LA LITTÉRATURE 10^

propre de cette nature féminine eu le romanesque et le romantique nous ont plongés, dessine les traits généraux d' « une société qui n'a pas élaboré de morale erotique », c'est-à-dire où la femme occupe un plan secondaire, où l'amour, au lieu d'animer comme chez nous la vie et la pensée, l'art et la littérature publiques, est maintenu à peu près silencieusement dans le domaine individuel et privé, et où les valeurs sanctionnées par la bonne conscience et par l'opinion sont des valeurs masculines d'énergie, de discipline et de politique. C'est le Japon, pays d' « impérialisme rationnel » dont M. Seillière rapproche la morale virile de celle des sociétés antiques. Il cite même à ce sujet un curieux texte de Rousseau lui-même dans Is. Lettre àd' Alemhert : « Les anciens avaient en général un très grand respect pour les femmes, mais ils marquaient ce respect en s'abstenant de les exposer au jugement du public, et croyaient honorer leur modestie en se taisant sur leurs autres vertus... Dans leurs comédies, les rôles d'amoureuses et de filles à marier ne représentaient jamais que des esclaves ou des filles publiques (comme les Geishas au Japon)... Depuis que des foules de barbares, traînant avec eux leurs femmes dans leur armée, eurent inondé l'Europe, la licence des camps jointe à la froideur naturelle des climats septentrionaux qui rend la réserve moins nécessaire, introduisit une autre manière de vi\Te, que favorisèrent les romans de chevalerie... C'est ainsi que la modestie naturelle au sexe est peu à peu disparue et que les mœurs des vivandières se sont trans- mises aux femmes de qualité. » Le rôle que le bon Rousseau attribue ici aux invasions des barbares et à la licence des camps nous ferait rire si nous ne songions que c'est bien dans de tels laboratoires ou dans leurs vapeurs que se sont en effet formées les modes physiques et morales du Direc- toire et de 1920.

M. Seillière ne prétend d'ailleurs pas mettre notre civili-

�� �