Page:NRF 11.djvu/978

Cette page n’a pas encore été corrigée


97^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

La guirlande de tes bras Qui passe les roses claires ? Sur la route familière Bellement tressés nos pas ?

Mais que le temps ne transmette De tes yeux la fixité Ni de ta bouche inquiète La tremblante humidité^

De peur que de nos étreintes Ne se lèvent à présent Et r espérance et la crainte De ton souvenir naissant.

��* *

��Craintive^ voici l'ombrage De la pluvieuse nuit Où l'approche de Forage Eveille un humide bruit :

��Comme tremblent sur nos têtes Les feuilles^ voilà-t-il pas Ta beauté trop inquiète Pour se complaire à mes bras ?

�� �� �