Page:NRF 11.djvu/977

Cette page n’a pas encore été corrigée


iLÉGIES 97f

Nos chairs se sont enchaînées Pour fondre un amour commun^ Nos lèvres entrebaisées Respirent un seul parfum^

Mais quand règlent le silence Nos souffles à F unisson^ Nous peuplons la terre immense Du cri des désunions !

�� ��Je ne sais ce que fera n avenir de ton visage Ni quelle sera F image Qui mes songes poursuivra :

Sera-ce ta claire épaule Qui vaut le jour le plus heau^ Tes cheveux semblant les saules Qu'automne mire en ses eaux ?

Est-ce ta tête inclinée Ou F orgueil droit de ton front Qu'un soir me ramèneront Les regrets^ fils des années ?

�� �