Page:NRF 11.djvu/976

Cette page n’a pas encore été corrigée


970

��ELEGIES

��à Raymond de la Tailhède

��Fois, simulant la discorde De r univers trop vivant. Les rameaux comme ils se tordent Sous les étreintes du vent.

U amour ainsi que la haine Parmi les corps affrontés Des sombres choses terraines Roule la diversité :

Une loi vindicative Plie à des combats pareils Ceux-là satisfaits qui vivent Du tumultueux soleil.

Pour nous ce n'est pas rancune Qu ici-bas nous échangeons Quand cette clarté de lune Attendrit le bois profond :

�� �