Page:NRF 11.djvu/956

Cette page n’a pas encore été corrigée


950 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

de faire naître ce désir artificiellement, j'en avais implici- tement reconnu Fillusion.

]y/[me jg Villeparisis nous mena une fois à Carque ville où était une église couverte de lierre dont elle nous avait parlé. Bâtie sur un tertre, elle dominait le village, la rivière qui le traversait et qui gardait son petit pont du moyen âge. Ma grand'mére, pensant que je serais content d'être seul pour regarder l'église, proposa à M™^ de Ville- parisis d'aller goûter chez le pâtissier, sur la place qu'on apercevait distinctement et qui sous sa patine dorée était comme une autre partie d'un objet tout entier ancien. Il fut convenu que j'irais les y retrouver. Dans le bloc de verdure devant lequel on me laissa, il fallait pour recon- naître une église faire un effort qui me fit serrer de plus prés l'idée d'église ; en effet, comme il arrive aux élèves qui saisissent plus complètement le sens d'une phrase quand on les force par la version ou par le thème à la dévêtir des formes auxquelles ils sont accoutumés, cette idée d'église dont je n'avais guère besoin d'habitude devant des clochers qui se faisaient reconnaître d'eux- mêmes, j'étais obligé d'y faire perpétuellement appel pour ne pas oublier ici que le cintre de cette touffue de lierre était celui d'une verrière ogivale, là que la saillie des feuilles était due au relief d'un chapiteau. Mais alors un peu de vent soufflait, faisait frémir le porche mobile que parcouraient des remous propagés et tremblants comme une clarté; les feuilles déferlaient les unes contre les autres ; et frissonnante, la façade végétale entraînait avec elle les piliers onduleux, caressés et fuyants.

Comme je quittais l'église, je vis devant le vieux pont les filles du village qui comme c'était un dimanche se

�� �