Page:NRF 11.djvu/92

Cette page n’a pas encore été corrigée


86 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

et s'assayajCn collaboration avec un autre camarade, dans Tart de l'épigramme. — Ibsen dévora TafFront avec un calme apparent, et ces rimailleurs croyaient déjà leur adversaire dûment châtié, quand un matin il se produisit ceci : nous venions de prendre place sur les bancs, mais la classe n*était pas encore commencée ; en face d'Ibsen était assis l'astronome dans sa rougeur coutumière, Fair satisfait ; soudain ses joues lumineuses prirent une couleur encore plus vive, et il se démena par dessus la table, avec la volonté manifeste d'user des argumenta ad hominem, La raison de sa fureur était un papier qu'Ibsen, de son côté, déployait devant lui, et qui semblait produire le même effet qu'un chiffon rouge devant certains animaux. C'était naturel : sur le papier était représenté le contemplateur d'étoiles dans tout l'éclat de sa couleur, sa lunette braquée sur une brillante demi-lune, et au dessous était écrite sa phrase scientifique : " Je ne crois pas qu'elle soit habitée! " ^

Le i" octobre 1843 eut bien dans l'église de Gjerpen, dont dépendait Venstœb, la confirmation d'Ibsen. ^ Il avait quinze ans et demi seulement, mais la famille n'était pas en situation de lui donner une instruction secondaire complète et de

J. B. Halvorsen, op. cit., t. III, p. 3-5. ' F. Ording, Oplysninger til Henrik Ibsens biograf, dans For kirke og kultur, 1 9 1 o.

�� �