Page:NRF 11.djvu/914

Cette page n’a pas encore été corrigée


908 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Ces deux petits livres sont deux autobiographies, qui se complètent : l'enfant, l'adolescent.

Autobiographies, mais seulement entre les lignes. U Avant- hier est une rêverie sur des souvenirs d'enfance ; la Fie d^ Alberto Pisanij un roman de fantaisie et d'analyse tout ensemble (les ouvrages de Dossi échappent tous à la classification). Curieux mélange d'humour et de sentimentalité. Historiquement Alberto Pisani est un type : le jeune italien, cultivé et sensible, entre 1859 et 1870, c'est à dire à l'avant-dernière étape de la con- quête, lorsque la main savoyarde commence à peser sur les provinces annexées (n'oublions pas que Dossi est Milanais), lorsque le " veto " napoléonien sur Rome décourage les espé- rances des patriotes. C'est une époque de malaise moral et un renouveau de " mal du siècle ". " Byron, dit un jeune poète milanais de ce moment, est le seul poète possible en Italie. " On oscille entre la pensée et l'action. Un profond déséquilibre des âmes sous la tranquillité apparente. Il y a même des jeunes qui se tuent, dévorés d'enthousiasmes inutiles, désespérés de voir se substituer à la poésie des odes guerrières " la sale arithmétique du fait qui tue l'homme. "

Tel est le " moment " d'Alberto Pisani, jeune aristocrate milanais, timide à l'excès et gauche dans le monde — corps maladif, inhabile aux exercices physiques — tourmenté du besoin d'amour, mais répugnant à sa réalisation. " L'amour parfait lui paraissait une gerbe de très ardents désirs dont on fuirait la satisfaction. " Le voici penché sur cette admirable Fita nuova qui est son livre préféré : " On y entend des harmo- nies bizarres ; d'étranges clartés s'allument, lueurs de miroirs et reflets d'eau. " Le voici doucement surpris par cette mélancolie erotique sous laquelle l'adolescent Alighieri se courbait, angoissé, en larmes, " come un pargoletto battuto ". Il ne se complaît que dans " un étrange royaume spirituel ", un artificiel Paradis^

  • Dossi admirait plus tard profondément les Pointes en prose

�� �