Page:NRF 11.djvu/862

Cette page n’a pas encore été corrigée


856 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Ces chefs-d*œuvre sont capables de gouverner une vie. La force y arme un génie tendre et ne TétoufFe pas.

I

TOUJOURS NAPOLÉON

Si La Chartreuse de Parme est le plus beau livre de Stendhal, Julien Sorel est pourtant son chef- d'œuvre. Entre tous les héros qu'il a formés de sa lumière et animés de son esprit, celui-là a le plus de portée et le plus de puissance. C'est le jeune homme de génie, pour tous les temps et pour tous les peuples à culture. Les merveilleux jeunes gens de Dostoïevski sont tous des frères plus sensibles de Julien. Enfin, il y a désormais de Julien Sorel dans tous les héros adolescents, comme il y a de Bonaparte dans tous les jeunes hommes qui rêvent de l'empire.

Peut-être, faut-il un homme pour comprendre Julien Sorel ; et un homme à la Bonaparte, pour l'aimer sincèrement. Les Bonaparte secrets sont moins rares qu'on ne pense. Ils ne sont pas tous à Tarmée d'Italie, ni consuls : d'où vient qu'on les ignore. Ils sont moins nombreux aussi qu'on ne le dit. Les Bonaparte en chambre sont des héros sans matière. Il ne leur a manqué que l'argile de* hommes, le four et les feux de l'occasion } Soit mais tant pis.

�� �