Page:NRF 11.djvu/781

Cette page n’a pas encore été corrigée


I

��URNAL DE VOYAGE (cANADA) 775

fermes du C. P. R. Tout ce qu'on me dit de Miss May, de son esprit d'entreprise et de son originalité me donne très envie de la connaître. Un matin, je quitte Calgary pour Sedgewick, dans la direction du nord. C'est un voyage de douze heures, la correspondance étant mauvaise.

Je pars avec l'espoir que Miss May aura une petite place pour moi sur son ranch. Ce n'est sûrement pas le travail qui doit manquer chez elle et je suis impatiente de faire n'importe quoi. Tout le monde travaille au Canada et les touristes ne s'y sentent vraiment pas à leur place. Qui sait si Miss May ne serait pas justement une per- sonne avec laquelle je pourrais m'associer ? De toute façon, avant de m'installer pour mon compte, il me faut bien connaître le pays et ses conditions de vie.

Arrivée à Sedgew^ick, petit groupement de baraques carrées toutes neuves. Il a fait terriblement chaud dans les trains tout le jour. Je loge à l'hôtel " des Pionniers ", endroit amusant et bien nommé. Ici on a tout à fait des sensations de Far West.

Le lendemain matin départ de bonne heure dans le " rig " d'un fermier qui conduit à travers champs pendant plusieurs milles. De distance en distance nous voyons une petite ferme du C. P. R., maisonnette d'un étage, domi- née par le moulinet qui fait monter l'eau. C'est la Prai- rie a perte de vue, plantée de ci de là d'un bouquet d'ar- bres rabougris. Mon conducteur, un Américain à figure intelligente, me parle des avantages de la combinaison de l'élevage avec la culture. Il me raconte les déboires d'une fermière des environs, qui l'année, dernière, ayant semé tout son domaine en lin, a perdu toute sa récolte. En vrai business man, il essaye de me vendre un terrain. Après une

�� �