Page:NRF 11.djvu/687

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CAVES DU VATICAN 68 1

tienne, plus d'un homme par dessus le marché. Que j'ai été heureux d'avoir enfin de vos nouvelles et d'apprendre que vous veniez en Italie ! Ma parole ! il me tardait de savoir ce que vous étiez devenu depuis le temps qu'on fréquentait chez notre ancienne. Vous n'êtes pas mal encore, savez-vous ! Ah ! elle ne se mouchait pas du pied, Carola !

L'irritation de Lafcadio devenait toujours plus mani- feste, et son effort pour la cacher ; tout cela amusait grandement Protos, qui feignait de n'en rien voir. Il avait tiré de la poche de son gilet une petite rondelle de cuir et l'examinait.

— J'ai proprement découpé ça ? hein !

Lafcadio l'aurait étranglé ; il serrait les poings et ses ongles entraient dans sa chair. L'autre continuait gouailleur :

— Mince de service ! Ça vaut bien les six billets de mille... que voulez-vous me dire pourquoi vous n'avez pas empochés ?

Lafcadio sursauta :

— Me prenez-vous pour un voleur ?

— Ecoutez, mon petit, reprit tranquillement Protos, je n'aime pas beaucoup les amateurs, mieux vaut que je vous le dise tout de suite franchement. Et puis, avec moi, vous savez, il ne s'agit pas de faire le fanfaron, ni l'imbé- cile. Vous montrez des dispositions, c'est entendu, de bril- lantes dispositions, mais...

— Cessez de persifler, interrompit Lafcadio qui ne retenait plus sa colère. — Où prétendez-vous en venir ? J'ai fait un pas de clerc l'autre jour ; pensez-vous que j'aie besoin qu'on me l'apprenne ? Oui, vous avez une

�� �