Page:NRF 11.djvu/609

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES SATYRES

(Chœur polyphonique — interrompu.)

Méé! Méé!

(Une flèche^ puis une autre vole au travers de la scène^ fuite éperdue des Satyres,)

MENÉLAS, derrière la scène

Maintenant j’ai les deux pieds à terre^et je défie les dieux !

BRINDOSIER

Il est sauf et, bien sûr, la première chose à faire est de blasphémer.

Elle se retire à l'écart.

Entre MÉNÉLAS, l'arc au dos, tenant de la main droite une épée et de la main gauche la main d'une une femme voilée, HÉLÈNE.

SCÈNE II
MÉNÉLAS

Dieux ! ce n'est donc pas assez d’avoir déchaîné tous les éléments ensemble contre moi,

Et si ce coup de foudre par le travers de Syra, qui a fait de mon mât une écharde ne nous a pas coupés en deux, c’est pas la faute de celui qui l'a ajusté !

Il faut encore vous moquer de moi !

Ce matin voilà le bateau contre le vent sans