Page:NRF 11.djvu/583

Cette page n’a pas encore été corrigée


SEJOUR DE STENDHAL A BRUNSWICK 577

cœur, m'empêche de me dessécher l'âme entièrement.

J'ai aussi la Cène de Morghen, contrefaite par Rainaldi. J'en suis fort content, surtout des figures qui sont à la droite de Jésus.

J'ai aussi un beau paysage du Lorrain, le soleil vu à minuit à Torneo, et le portrait de Frédéric IL

Je veux mettre Frédéric à côté de Raphaël, sous Frédéric : Nord^ sous Raphaël : Midi, Sous Lorrain : Midi, Nord sous Torneo :

Cela rend un peu mes impressions.

Hier soir, à onze heures, on frappe à ma porte ; je revenais de chez Saucerotte.

C'était l'excellent général Mich[aud] ^ et Durzy qui étaient à l'hôtel d'Angleterre. Excellent accueil du géné- ral M[ichaud], bonté extrême. Comme il avait l'air content, comme il m'embrassa en entrant et sortant, comme il m'éclaira jusqu'à la dernière rampe !

J'étais content, en revenant à une heure, de cette joie rare que donne le contentement des hommes.

Il rit avec moi du mariage d'Ad[èle]. Drôle de pané- gyrique de Pét[iet] ; il croit qu'il va devenir poitrinaire. C'est, je crois, un Poco.

Ce soir, soirée chez le grand maréchal ; j'y arrive tard. Tristesse de madame la grand-juge, air d'épuisement du mari.

Je reçois une lettre de ma sœur ; il y a un an d'expé- rience entre cette lettre et la dernière. L'agitation forme. Elle est fort liée avec V.

^ Beyle avait été aide-de-camp du général Michaud en Italie, alors qu'il était sous-lieutenant (1801).

3

�� �