Page:NRF 11.djvu/577

Cette page n’a pas encore été corrigée


séjOUR DE STENDHAL A BRUNSWICK 571

Les amants... Je l'arrête aussi : figurez- vous cette société à Milan. La vivacité des Montfcrrines.

Tache de graisse avec le...^ à propos de: Je crois que vous nagez mieux que madame une telle. — La jambe jusqu'à l'aisselle.

i" février.

Je reçois la lettre de M. Daru qui me charge des Domaines. Je ne suis pas enthousiasmé de cette faveur ; je ne sais pas encore le cas que j'en dois faire.

Le 5 ou 6 [février]. JR.éol me conte la conversation of two brothers upon me ^

i8 [février].

Je dîne pour la deuxième fois chez le préfet. Br[ichard] m'ennuie assez. Les habitants et moi n'avons pas beaucoup d'inclination les uns pour les autres. J'ai acheté la C}ney les portraits de Frédéric et de Raphaël, un beau paysage du Lorrain et une vue du soleil à minuit à Torneo.

Je mettrai sous ces portraits et paysages : le Nord et le Midi, tous deux grands ; lequel fut le plus heureux ?

19 [février].

Je visite toute la chambre des Domaines. Chemin faisant, j'apprends les mariages de M. Vhofrichter de

^ Un mot illisible.

^ Des deux frères à mon sujet. — Ces deux frères sont peut- être Pierre et Martial Daru.

�� �