Page:NRF 11.djvu/574

Cette page n’a pas encore été corrigée


568 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

enchanté de ce voyage. Au total, je suis content de ma position et de mon état ; le climat seul me donne de l'humeur de temps en temps. Je lis Sismondi avec plaisir. (J'ai soixante louis environ.)

Je dîne ce soir chez M. La Saulsaye ^, homme, je crois, très aimable jadis, mais radotant un peu, à ce que pense Réol.

20 janvier *.

Simplicité^ Tragédie, Juki César.

Si des géants bâtissaient un mur avec des quartiers de roche, ils mettraient avec autant de facilité un rocher gros comme un palais sur un autre rocher qu'un maçon pose une pierre sur une autre pierre.

De même, de grandes âmes faisant une grande action : Brutus, Régulus, etc., doivent avoir aussi peu de peine (remords, sensibilité poétique à part) à faire les actions par lesquelles ils sont connus qu'un lieutenant d'infanterie à faire faire feu à son peloton.

Voilà la noble simplicité, Vaiseseté, si l'on peut parler ainsi, qu'il faut que les personnages tragiques aient. Cela produit tout de suite le sublime, c'est presque le sine quâ non de la tragédie ^. Corneille l'a quelquefois. Voltaire

^ La Saulsaye, ordonnateur, était le supérieur direct d'Henri Beyle.

' Stendhal a écrit dans la marge, au crayon : " Relu avec plaisir, et trouvé la peinture véritable et utile. 24 juin 1815. "

' Stendhal note en marge, toujours en crayon, et probable- ment aussi le 24 juin 181 5 : "Cette idée n'est pas trop bonne. "

�� �