Page:NRF 11.djvu/549

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES REVUES 543

Baden en 1867. Il y rencontra Tourgueniew avec lequel il n'eut qu'un entretien qui détourna à jamais l'un de l'autre les deux écrivains russes : " Je n'ai jamais aimé Tourgueniew. Je regrette bien de lui devoir 50 thalcr qu'il me prêta en 1857 à Wiesbaden et que je ne lui ai jamais rendus. Je ne puis souffrir son aristocratisme ni son pharisaïsme... Et puis il ne sait rien de ce qui se passe en Russie... Il prétend que nous devrions nous agenouiller devant la culture allemande, que toutes les tentatives faites pour créer une culture russe originale ne sont que sottises et cochonneries. Il songe à écrire un article contre les russo- philes et les slavophiles. Je lui ai conseillé de se procurer une lunette d'approche. — Pourquoi ? — Vous êtes si loin de nous ! — Il entra en fureur. Avec une feinte naïveté, j'ajoutai: Je n'aurais pas cru que l'insuccès de votre dernier roman {Fumée) pût ainsi vous mettre hors de vous... Nous prîmes congé l'un de l'autre et le lendemain à dix heures Tourgueniew déposait sa carte chez moi : je lui avais dit la veille que je ne recevais personne avant midi et que nous avions l'habitude de dormir jusqu'à onze heures... Je ne le revis qu'une fois, sept semaines plus tard, à la gare. Nous nous croisâmes sans nous saluer".

Dans le Literarisches Echo du 15 novembre une étude d'ensemble de Eugen Kohler sur Jean Schlumberger. — Même revue, 15 décembre : un article sur les Fils Louverné : tous deux témoignent d'une intelligente sympathie.

Revues Anglaises.

— Poetry and D rama (Londres). N^ de déc. 191 3 : Poèmes de : Robert Bridges, Thomas Hardy, Walter de la Mare, Harold Monro. — Un beau poème de W. H. Davies : " The bird of Paradise. " — Etudes : de J. C. Squire sur Francis Thompson ; de Dixon Scott sur John Masefield. — Chroniques : française de F. S. Flint ; américaine de John Alford.

— The new Freewoman (Londres.) N° du 15 déc. : — Deux strophes signées Jack Mac Clure, intitulées " On the Boulevards",

�� �