Page:NRF 11.djvu/465

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CAVES DU VATICAN 459

son vertige ; il avançait comme en un rêve, doutant de la solidité du sol, des murs, et de la sérieuse existence des passants qu'il croisait ; doutant surtout de sa présence à Rome... Il se pinçait alors pour s'arracher d'un mauvais rêve, se retrouver à Pau, dans son lit, près d'Arnica déjà levée, qui selon sa coutume, penchée vers lui, allait enfin lui demander : — Avez-vous bien dormi, mon ami ?

A la poste l'employé le reconnut, et ne fit point diffi- culté pour lui remettre une nouvelle lettre de son épouse.

,., Je viens à^ apprendre par Valentine de Saint-Prixy

lui disait Arnica, que Julius lui aussi est à Rome^ appelé par

un congrh. Comme je me réjouis en songeant que tu vas pou-

voir le rencontrer ! Malheureusement Valentine na pas pu

me donner son adresse. Elle croit quil est descendu au Grand-

Hotely mais elle n'en est pas sûre. Elle sait seulement qu^il

doit être reçu au Vatican jeudi matin ; il a écrit à r avance

au cardinal Nazzi pour obtenir une audience. Il vient de

% Milan oii il a été voir Anthime qui est très malheureux

\parce quil n obtient pas ce que lui avait promis F Eglise apr^s

%5on procès ; alors Julius veut aller trouver notre Saint P}re

\pour lui demander justice ; car naturellement il ne sait rien

encore. Il te racontera sa visite et toi tu pourras r éclairer,

J^esp'ire que tu prends bien des précautions contre le mauvais air et que tu ne te fatigues pas trop. Gaston vient me voir 'tous les jours ; tu nous manques beaucoup. Comme je serai contente quand tu nous annonceras ton retour... Etc.

Et griffonnés en travers, au crayon, sur la quatrième page, ces quelques mots de Blafaphas :

Si tu vas à Naples, tu devrais t^informer comment ils font le trou dans le macaroni. Je suis sur le chemin d^une nouvelle découverte.

�� �