Page:NRF 11.djvu/45

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CAVES DU VATICAN 39

de surprenantes analogies. Et pendant que l'éloquence du révérend père se gonflait et roulait à travers la nef comme roule dans une grotte sonore la houle épaisse des marées, Anthime songeait à la frêle voix de sa nièce, et dans le secret de son cœur remerciait Tenfant d'avoir appelé sur les péchés de l'oncle impie l'attention miséricor- dieuse de Celle qu'il voulait uniquement servir désormais.

A partir de ce jour, empli de préoccupations plus hautes, c'est à peine si Anthime s'aperçut du bruit qui se faisait autour de son nom. Julius de Baraglioul prenait soin d'en soufirir pour lui, et n'ouvrait pas les journaux sans battements de cœur. Au premier enthousiasme des feuilles orthodoxes répondaient à présent les huées des organes libéraux : à l'important article de VObservatorey " Une nouvelle victoire de l'Eglise ", faisait pendant la diatribe du Tempo Felice^ " Un imbécile de plus ". Enfin dans la Dépêche de Toulouse^ la chronique d'Anthime envoyée l'avant-veille de sa guérison, parut précédée d'une notice gouailleuse ; Julius répondit au nom de son beau- frère une lettre à la fois digne et sèche pour avertir la Dépêche qu'elle n'aurait plus désormais à compter ** le converti " parmi ses collaborateurs. La Zukunfi prit les devants et remercia poliment Anthime. Celui-ci acceptait les coups de ce visage serein qu'apprête l'âme vraiment dévote.

— Heureusement le Correspondant va vous être ouvert; ça j'en réponds, disait Julius d'une voix sifflante.

— Mais cher ami, que voulez-vous que j'y écrive ? objectait bénévolement Anthime ; rien de ce qui m'oc- cupait hier ne m'intéresse plus aujourd'hui.

�� �