Page:NRF 11.djvu/421

Cette page n’a pas encore été corrigée


PAUL DilROULÈDE 4I5

Plus clairement on me démontrera que cette façade à l'antique cachait bon sens, mesure, conscience des réalités et certitude politique, que Déroulède a bien entendu "jouer " un rôle, construire" un personnage " autour de la passion centrale de sa vie et pour elle, plus j'admirerai en cet homme, en

et écrivain, le poète de l'action que même cer-

tains des partisans de sa politique s'obstinent à iédaigner. " Ce n'est pas assez de ne pas parler le ce jeune homme, disait Leconte de Lisle quand )arurent les Chants du Soldat ; il faut encore en mal irler. " Sur quoi les Tharaud s'écrient : " Ah! parole sotte et méchante ! Mais pouvait-il com- ►rendre cette poésie guerrière, le poète des choses iccablées sous le ciel des Tropiques ? Ceux qui tiennent pour rien ces vertus françaises, l'émotion, Tesprit, l'enthousiasme, peuvent dédaigner ces ibles du patriotisme. Elles sont entrées dans le lomaine de notre littérature nationale. " Grâce au livre des frères Tharaud, la figure lyrique de ►éroulède les y suivra. D'autres étudieront son iction effective sur l'époque et sur le pays ; elle l'est pas à bout ; quoi qu'on en pense, on ne peut la nier... Mais ce symbole, quel artiste n'admirerait [u'un homme de ce temps ait eu assez de folie et le cœur pour le réaliser en lui-même }

Henri Ghéon.

�� �