Page:NRF 11.djvu/410

Cette page n’a pas encore été corrigée


404 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et maintenant encor mes plus fermes pensées Pour y puiser F amour s'élèvent de mon cœur ; Car, bien que vous m'ayez abandonné^ Seigneur^ Ma ferveur d'autrefois ne s'est point apaisée,

Emile Verhaeren.

�� �