Page:NRF 11.djvu/404

Cette page n’a pas encore été corrigée


39^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Dites^ quel est le pas

Des mille pas qui vont et passent

Sur les grand' routes de l'espace^

Dites^ quel est le pas

Qui doucement^ un soir, devant ma porte basse

S'arrêtera ?

��Je saisirai les mains, dans mes deux mains tendues,

A cet homme qui s en viendra

Du bout du monde, avec son pas ;

Et devant F ombre et ses cent flammes suspendues

Là haut, au firmament.

Nous nous tairons longtemps

Laissant agir le bienveillant silence

Pour apaiser F émoi et la double cadence

De nos deux cœurs battants.

��Alors, combien tous deux, nous serons émus d'être Ardents et fraternels l'un pour l'autre, soudain. Et combien nos deux cœurs seront fiers d'être humains Et clairs et confiants sans encor se connaître !

��Nous nous confesserons avec le fou désir

De nous entendre arder et vivre, âme contre âme ;

On mêlera en chaque élan pardons et blâmes

Et nos yeux laisseront leurs pleurs sourdre ou jaillir.

�� �