Page:NRF 11.djvu/359

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 353

LETTRES ANGLAISES

HERE ARE LADIES, par James Stephens (Edition Tauchnitz, l volume, 191 3).

Les généralisations faussent la critique et Pégarent ; et cepen- •dant c'est vers les généralisations que la critique tend arec passion. L'une après l'autre, les idées et les théories apparais- sent, sont discutées, adoptées ; et bientôt on s'aperçoit qu'elles •sont insuffisantes, ou bien tout à fait fausses. Et apparaît un nouveau critique, qui rassemble nos notions autour d'un nou- veau système. Taine était venu dire : Non, l'œuvre d'art n'est pas la création isolée d'une tête chaude ; c'est l'expression d'une société. Et voici que depuis quelques années, on s'aperçoit ^u'on a un peu trop négligé la "tête chaude **. Et cela signifie que la littérature n'a plus d'excuse : elle n'est pas même bonne à donner à l'historien une image de la société dans laquelle •elle s'est développée î

Il y a une autre théorie, celle qu'on peut inférer du reproche fait souvent au Romantisme de n'être pas adéquat à l'esprit du XIX® siècle ; le reproche fait à la poésie contemporaine d'être •étrangère à la pensée de notre époque. Mais d'abord ce reproche n'a pas même le petit mérite d'être nouveau : rien ne rappelle plus le sonnet fameux où Campanella reproche aux poètes de son temps de ne pas chanter " délie grandi cose di dio ", que l'article <de Léon Werth contre Les Poètes. Et cela non plus n'a guère que la valeur que peut avoir un argument des humanistes contre les arcadiens, des socialistes contre les néo-catholiques. Ce Teproche peut-il s'adresser à la littérature contemporaine prise «n masse ? Peut-être. Mais à la littérature vraiment créatrice, en voie de développement ? C'est plus difficile à dire.

L'état de la production littéraire peut être schématisé par trois anneaux concentriques. A la périphérie la littérature

�� �