Page:NRF 11.djvu/315

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHRONIQUE DE CAERDAL 309^

VI

��IRONIE

��Hamlet enfin est l'intellectuel accompli. Le profond idéaliste s'achève en se niant. Dans l'ac- complissement, il y a la fin. Ce qui est consommé se détruit. Hamlet doute de la vie et du monde. Il ne croit plus à la réalité de l'univers.

Cependant, il lui faut agir dans une cour, dans un siècle, au milieu de gens qui débordent de la foi la plus grossière. Les époques innocentes vivent, sans savoir qu'elles ont foi à la vie. C'est à Dieu qu'elles croient. Si créatures, que le Créateur leur est toujours sensible. Mais quand la chair n'a plus de foi qu'en elle même, et que l'esprit se sent matière, on peut dire qu'il y a. quelque chose de pourri dans le royaume de Danemark. L'idéaliste y fait une étrange figure. Le Chevalier de la Triste Figure, n'est-ce pas le. nom de cet autre Hamlet, le sublime Don Quichotte, lequel est prince dans le royaume du rêve, un Hamlet racheté par le soleil, et mûri dans la bonté par la pure lumière ? Loué soit Don Quichotte, l'Hamlet des enfants, rédimé de la négation, dans un pays sans brume, par un> astre qu'on promène sur le ciel, d'est en ouest^ avec la main.

�� �