Page:NRF 11.djvu/310

Cette page n’a pas encore été corrigée


304 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

l'enveloppe où il venait d'inscrire l'adresse apocryphe du cardinal :

— Voudrez-vous la mettre à la poste vous-même ; c'est plus prudent : les lettres des curés sont ouvertes. Et' maintenant, séparons-nous ; il ne faut pas qu'on nous voie] davantage ensemble. Convenons de nous retrouver demain! matin dans le train pour Naples de sept heures trenteJ Troisième classe, n'est-ce pas. Naturellement je ne serai] pas dans ce costume ; (y songez-vous !) Vous me retrou- verez en simple campagnard calabrais. (C'est à cause de mes cheveux que je voudrais bien n'être pas forcé de couper.) Adieu ! adieu !

Il s'éloignait en faisant, avec la main, de petits signes.

— Que béni soit le ciel qui m'a fait rencontrer ce digne abbé ! murmurait en s'en retournant Fleurissoire. Qu'eussé-je fait sans lui ?

Et Protos, en s'en allant, murmurait :

— On t'en donnera, du cardinal !... C'est que, tout seul, il était fichu d'aller trouver le vrai !

{à suivre) AndrI Gide.

�� �