Page:NRF 11.djvu/304

Cette page n’a pas encore été corrigée


298 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Imprudent ! imprudent ! cache tes larmes ! Etouffe tes soupirs !.. Et saisissant Amédée par le bras : — Ne restons pas ici, Monsieur ; Ton nous observe. Déjà rémo- tion dont je n'ai pas pu me défendre est remarquée.

Amédée à présent emboîtait le pas, stupéfait.

— Mais comment, — put-il enfin trouver à dire — mais comment avez-vous pu deviner pourquoi je suis ici?

— Veuille le ciel n'avoir permis qu'à moi de le sur- prendre ! Mais votre inquiétude, mais les tristes regards avec lesquels vous inspectiez ces lieux pouvaient-ils échapper à celui qui depuis trois semaines les hante le jour et la nuit ? Hélas, Monsieur ! aussitôt que je vous ai vu, je ne sais quel pressentiment, quel avertissement d'en haut, m'a fait reconnaître pour sœur de la mienne votre... Attention ! quelqu'un vient. Pour l'amour du ciel, feignez une grande insouciance.

Un porteur de légumes avançait sur le quai en sens inverse. Aussitôt, comme semblant poursuivre une phrase, sans changer de ton, mais sur un temps plus animé :

— Voilà pourquoi ces Virginias^ si appréciés de cer- tains fumeurs, ne s'allument jamais qu'à la flamme d'une bougie, après qu'on a retiré de leur intérieur cette fine paille qui a pour but de réserver à travers le cigare un petit conduit par où puisse circuler la fumée. Un Virginia qui ne tire pas bien n'est bon qu'à jeter. J'ai vu des fumeurs délicats en allumer. Monsieur, jusqu'à six avant d'en trouver un à leur convenance...

Et dès que l'autre fut dépassé :

— Avez-vous vu comme il nous regardait ? Il fallait à tout prix donner le change.

— Quoi ! s'écria Fleurissoire ahuri, se pourrait-il qtie

�� �