Page:NRF 11.djvu/302

Cette page n’a pas encore été corrigée


296 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

vas accompagner ton client à travers la ville. Je ne te le prendrai que vers le soir. D'ici là ne le perds pas des yeux.

C'est à Saint-Louis-des- Français qu'alla se confesser Amédée, de préférence à Saint-Pierre dont l'énormité l'écrasait. Baptistin le guidait ; qui le mena ensuite à la poste. Comme il fallait s'y attendre, le Mille-Pattes y comptait des affidés. La petite carte de visite clouée sur le couvercle de la valise avait appris le nom de Fleuris- soire à Baptistin ; qui l'avait appris à Protos ; celui-ci n'avait eu aucun mal à se faire remettre par un employé complaisant une lettre d'Arnica, ni aucun scrupule à la lire.

— C'est curieux ! s'écria Fleurissoire, lorsqu'une heure plus tard il vint à son tour réclamer son courrier — c'est curieux ! on dirait que l'enveloppe a été ouverte.

— Ici cela arrive souvent, dit flegmatiquement Baptistin.

Heureusement la prudente Arnica ne risquait que des allusions très discrètes. La lettre était du reste très courte ; elle recommandait simplement, sur les conseils de l'abbé Mure, d'aller voir à Naples le cardinal San-Felice S. B. " avant de rien essayer ". On ne pouvait souhaiter termes plus vagues et, partant, moins compromettants.

��IV

��Devant le Mausolée d'Adrien, qu'on appelle Châteat Saint-Ange, Fleurissoire éprouva une acre déconvenue. La masse énorme de l'édifice s'élevait au milieu d'une

��i

�� �