Page:NRF 11.djvu/272

Cette page n’a pas encore été corrigée


266 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

appeler : chère amie... Cette peine, qui vous touche aussi, nous rapproche. Ah ! si vous saviez... !

— Parlez ! parlez ! ne me laissez pas plus longtemps dans l'attente.

— Mais ce que je viens d'apprendre, et que je vais vous dire, doit rester un secret entre nous.

— Je n'ai jamais trahi la confiance de personne, dit dolemment Arnica, à qui personne encore n'avait jamais confié aucun secret.

— Vous n'allez pas y croire.

— Si ! si, gémissait Arnica.

— Ah ! gémissait la comtesse. Tenez, serez-vous assez bonne pour me préparer une tasse de n'importe quoi... Je sens que je m'en vais.

— Voulez-vous de la verveine ? du tilleul ? de la camo- mille ?

— N'importe quoi... Du thé plutôt... Je refusais d*y croire d'abord.

— Il y a de l'eau bouillante à la cuisine. Ce sera l'affaire d'un instant.

Et tandis qu'Arnica s'affairait, l'œil intéressé de comtesse expertisait le salon. Il y régnait une modestie! décourageante. Des chaises de reps vert, un fauteuil en] velours grenat, un autre en vulgaire tapisserie, dans lequel elle était assise ; une table, une console d'acajou ; devant! le foyer, un tapis en chenilles de laine; sur la cheminée,< des deux côtés d'une pendule en albâtre, sous globe, deux] grands vases d'albâtre ajouré, sous globes pareillement;] sur la table, un album de photographies de famille; sur la console, une image de Notre-Dame de Lourdes dans sa grotte, en Carton-Romain, modèle réduit — tout décon-

��I

�� �