Page:NRF 11.djvu/216

Cette page n’a pas encore été corrigée


2IO

��LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

��*

  • *

��L,e seuil du palais de nos rêves jonne clair sous nos pas confondus : — le chemin qui tournait s'y achevé oh tant d'autres se sont perdus —

��revoici le ciel ineffable 'et le rire des peupliers ; on a dressé la même table sous le charme familier !

��un parfum de pain et de vin se mêle a V haleine des roses : que tout est clair et divin dans le geste d'accueil des choses !

�� �