Page:NRF 11.djvu/131

Cette page n’a pas encore été corrigée


125

��CHRONIQUE DE CAERDAL

XXVI

HAMLET

I

LE PRINCE NOIR

Hamlet paraît. Où qu'il soit, il ny a que lui..

Il est vêtu de noir et de mélancolie. Le deuil qu'il porte n'est qu'une faible image de la désola- tion qui règne dans son âme. La mort d'un père très aimé l'a mis en confidence avec toute la mort.

Il arrive de voyage. Il est donc l'étranger chez lui, et l'ennemi peut être dans sa propre maison. 11 ne reconnaît plus rien. Sa mère est la veuve infidèle, qu'une seule saison a consolée ; et elle a sur ses joues de femme mûre le fard de la der- nière passion, la griffe sensuelle, les sceaux de volupté que les baisers d'un sale complice gravent dans la chair amollie de l'amoureuse, qui va sur ses cinquante ans. Cruelle ardeur de la maturité^, feux bas d'un foyer qui s'éteint, ces flammes rouges.

�� �