Page:NRF 11.djvu/1090

Cette page n’a pas encore été corrigée


1084 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

��Souvenirs sur la reine Amélie de Portugal, par Lucien Corpechot (Pierre Laffite, 3 fr. 50).

Ce n'est pas une hagiographie, mais c'est un livre écrit avec piété ; ce n'est pas un livre d'histoire, parce qu'envers une femme détrônée qu'ont frappée deux révolutions, personne ne se soucie de jouer le rôle des Minos et des Rhadamante, mais ce sera un document pour les historiens ; on y trouve dès maintenant des vues intéressantes sur le Portugal, et avec une élégance un peu barrésienne, le récit vivant et ému d'événe- ments dramatiques.

��Les cheminots, drames de la voie ferrée, par C F. de la Bernaise (Basset, 3 fr. 50).

De bonnes intentions ; de la familiarité avec la technique du Rail ; mais l'auteur n'a cherché dans le métier, qu'un cadre où placer de bien gros mélodrames. C'est faire injure à Pierre Hamp que de dire qu'un tel livre fait mesurer la portée des siens.

• « *

La découverte de l'avenir et Le grand état, par H. G. Wells, traduit par H. Davray {Mercure de France,

3 fr- 50)-

On ne s'attendait pas à trouver, dans les premières pages de ce livre, un Wells bergsonien ou berkeleyen. Comment le " scientifique " qui a célébré " le soleil de la généralisation qui se lève sur les faits ", en arrive-t-il, dans sa Redécouverte de Vunique, à proclamer l'irréductibilité des phénomènes les uns aux autres, et l'action maléfique des idées générales et du nombre qui nous frappent de cécité à l'égard de tout ce que la

�� �