Page:NRF 11.djvu/1088

Cette page n’a pas encore été corrigée


I082 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

dans un volume à 3 fr. 50. Toujours ce lit de Procuste où il faut que Stendhal ou Diderot n'occupent pas plus de place que Chamfort ou Rivarol. On trouve dans le choix de M. Jacques Morland, des fragments qu'il n*est pas toujours facile de dénicher parmi les œuvres complètes. Mais pourquoi insister tant sur la Religieuse et si peu sur Jacques le Fataliste qui est pourtant si étourdissant de verve ? Un épisode comme Thistoire de Madame de la Pommeraie compte parmi les meilleurs récits du XVIIP siècle.

��« 

��Puvis DE Chavannes, par René Jean (Alcan, 3 fr. 50;.

L'œuvre de Puvis, si simple, si droite, si dépourvue de dessous compliqués, de crises et d'à-coups, se passe parfaitement de commentaires. De bonnes reproductions, c'est tout ce qu'on demande. Qu'on y joigne, pour être complet, deux pages de chiffres et de dates. Mais puisque les grandes personnes sont devenues tellement raisonnables qu'il leur faut du texte pour les aider à regarder les images, nous acceptons volontiers celui de M. René Jean qui est composé avec soin et respect.

��*

��L'ÉPICIER, par Jean-Jacques Bernard (OUendorff, 3 fr. 50).

Il paraît que le journal professionnel de l'épicerie s'est ému de ce livre. " Depuis quatre-vingts ans, dit-il, qu'on nous bafoue, nous avons le droit de nous montrer susceptibles. " Evidemment ! Une chanson, un dicton, un jeu de mots peut peser sur une profession aussi lourdement qu'un tarif douanier ou qu'une crise de main d'œuvre, et M. Jean-Jacques Bernard aurait pu, par esprit de justice, faire de son pitoyable héros un marchand de couleurs ou un herboriste. Mais ajoutons que l'ironie du livre est si discrète, si mêlée de délicatesse et de bonté que

�� �