Page:NRF 11.djvu/1083

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 1077

gouverné par son cerveau. Il écrit à son fils : " Mon dessein, et j*espère le vôtre, est de ne jamais demander conseil à mes sensations, mais à mon intelligence. Je laisse franc jeu aux premières, mais je leur nie le droit d'influencer ma décision. " Or ce n'est pas dans le genre épistolaire que les qualités de l'intelligence ont leur meilleur rendement. On retrouve pour ainsi dire tout Stevenson dans sa correspondance, une partie seulement de Meredith dans la sienne.

Tous ceux qui aiment et admirent Meredith regretteront l'absence presque complète de lettres ayant trait à la période qui va de 1849 à 1860, c'est-à-dire du mariage irréfléchi et prématuré avec Mrs. Nicholls jusqu'à la mort de celle-ci. Ce furent les années tragiques de l'écrivain : celles du long désaccord conjugal, suivi de séparation, dont un certain écho s'est perpétué dans Richard Feverel et dans Modem Love, Nous aurions voulu, sinon saisir, du moins mieux deviner dans leur genèse ces deux fictions profondément humaines.

Sous ces réserves, la volumineuse correspondance de Meredith est pleine d'intérêt, et nous présente une vivante image de l'auteur à partir de sa trente-troisième année (1861).

Nous le voyons, d'abord seul et pauvre en compagnie de son fils orphelin, se créer une nouvelle famille par son heureuse union avec une Française, M^"® Vulliamy, en 1864. Veuf de nouveau en 1885, il est déjà contraint lui-même, par la maladie, à l'inactivité physique qui durera jusqu'à sa mort. Alors seule- ment la célébrité lui vient. Jusqu'alors il était bien résigné à ce que la nuit totale se fît rapidement sur ses romans et sur ses vers. " Vittoria glisse vers les limbes où repose le reste de mes ouvrages, "écrit-il paisiblement à Swinburne en 1867.

Les trois enfants de Meredith recevaient de lui des pages affectueuses et charmantes. Mélancolique physionomie que celle d'Arthur Meredith, seul né du premier mariage ! Sur le lit de cet enfant, le père a dû se pencher presque avec les sentiments de Sir Austin Feverel voyant dormir Richard, les circonstances

�� �