Page:NRF 11.djvu/1075

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 1069

contraire, d'une extrême simplification et d'une minutieuse analyse qui ne retient, de Tidée inspiratrice, que ce qui en est la quintessence irréductible — peut-être, dis-je, préféré-je tout de même la seconde. Place t futile, émue et spirituelle à la fois comme un madrigal du XVI® siècle et dont l'expression musi- cale, si claire et si précise pourtant, s'enveloppe d'une atmos- phère vaporeuse ; et plus encore la première, Soupir, admirable par la sobre pureté de ses lignes, par l'exacte mesure des moyens d'expression, par l'absence de tout effort inutile. Et ce qui en fait le mérite ce n'est pas seulement le goût, si délicat et si excellent qu'il soit, mais, associée à une émotion réelle, cette autre qualité, plus rare, le style qui confère une souveraine dignité aux ouvrages en apparence les plus légers. Ajoutons qu'il est difficile d'ima- giner communion plus intime entre la pensée du poète et celle du musicien. M. Debussy, apparemment, aime pour eux-mêmes, les vers dont il a fait un choix si heureux. Il leur laisse leur pleine autonomie. La musique qu'il écrit pour eux semble n'être que, dégagée et enfin délivrée, la musique qui dans ces vers était latente.

Quant à la Botte à joujoux, un ballet d'enfants, c'est une charmante et plaisante fantaisie ; il n'y aurait peut-être pas lieu de s'y arrêter, si les sujets les plus frivoles ne pouvaient être traités avec beaucoup d'art et sans frivolité, et si l'on ne retrou- vait ici, appliquées à un tout autre objet, les qualités qui font le mérite des Poèmes. Aucune affectation, aucun effort de la part de l'auteur pour paraître faire autre chose et plus que ce qu'il fait ; mais aussi, il aime ces histoires d'enfants, et les enfants à qui elles sont destinées, et l'on retrouve, dans la Boîte à Joujoux cette sensibilité charmante, moitié rieuse, moitié émue, dont Children's Corner avait déjà donné un exemple. Sans doute, il y a de " bonnes blagues " dans ce ballet, mais il y a aussi de l'émotion, une émotion qui se dégage souvent (voyez le tableau de la Bataille) des traits en apparence les plus plaisants : tant il est vrai que la musique, quand elle est vraiment musique, est

�� �