Page:NRF 11.djvu/1016

Cette page n’a pas encore été corrigée


lOIO LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

vard ! Ils sont dix mille juges imperturbables, à Paris, qui portent toujours le même arrêt. Sourds, ils n'en ont que plus d'assurance. C'est d'ailleurs tout ce qu'ils ont de Stendhal, ces ânes coifFés du bonnet d'Aristote, brayant de omni re.

On se flatte d'être musicien, parce qu'on adore le refrain, qu'on nomme la mélodie. Le refrain, que les pères ont sifllé dans la clef du bon goût, est celui que les fils sifflent d'une bouche enthou- siaste, barytonnant de leur raison et dodelinant d'une tête entendue.

��Il adore la jeunesse, comme la musique. Tous ses héros ont moins de trente ans, et ils ont tous un air de Mozart ou de Cimarosa dans la tête. Cet homme si vrai, qui fait tout aveu, ne dit pas qu'il a cinquante-cinq ans, mais vingt-sept multi- pliés par deux. Que vous voilà bien, mon cher duc de Stendhal en Espagne ! Q'importe le toupet de faux cheveux sur ce front éclatant et ces yeux de feu. N'ayez pas l'air, vous même, d'y trop prendre garde, je vous prie : ils sont du plus beau noir et l'un de vos titres au gouvernement de Jouvence.

Enfant rempli d'esprit, jeune homme fou de conquête, homme toujours ardent à vivre : plus que mûr, il est l'admirable comte Mosca, qui ne

�� �