Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous me refusez, il ne me reste plus qu’à me noyer dans cette gouttière.

— Eh bien, en route ! suis-moi si tu peux.

Je jetai un dernier regard sur le jardin où dormait ma mère. Une larme coula de mes yeux ; le vent et la pluie l’emportèrent. J’ouvris mes ailes et je partis.